Une lettre a été envoyée au Premier ministre par Christophe Rivenq, le président du groupe de la droite et du centre au Conseil Régional. Ceci pour contester le nom « Occitanie ».

Notons qu’une pétition avait déjà été proposée après le vote de la région afin de refuser ce nom « Occitanie » et voter pour le Pays Catalan. Ensuite, une pétition du « Collectif pour Occitanie-pays Catalan » a été faite.

Cette fois, c’est au tour des partis de droite et du centre à la Région viennent de récuser le choix du nom Occitanie donné à la Grande Région.

Alors que ce vote a été fait par 85 conseiller régionaux sur 158, cette délibération n’a pas plu au groupe de l’Union des Élus de Droite du centre qui ne considèrent pas cette appellation comme fondatrice et la qualifie d’erreur historique ».

Fraîchement élu, le président du collectif, Christophe Rivenq a adressé une lettre au Premier ministre Manuel Valls.

« Ce nom ne reflète pas la réalité historique de l’Occitanie » rédige-t-il parlant d’Alain Rousset, Président PS de la région Nouvelle Aquitaine, qui avait aussi adressé un courrier qui suit la même logique à Carole Delga. « En Occitanie il y a 17 millions d’habitants, ce qui représente le triple de notre région », indique l’élu.

« Dilettantisme »

« En principe, le nom doit s’expliquer par un acte rassembleur, précise-t-il encore donnant la possibilité de donner une identité solide pour le territoire qui dispose de bases solides et multiples assurant l’avenir de l’ensemble des habitants et globalement pour favoriser son harmonie. Mais en voyant la démarche prise par les responsables de la région qui ont simplement consulté par internet».

Vu le manque de réelle entente, le dilettantisme avec lequel, la présidente de Région s’est exprimée, Christophe Rivenq n’a eu d’autres solutions que d’interpeller le chef du gouvernement en lui adressant un courrier.

Publié par | Nathalie

Rédactrice. Je suis Nathalie, je vis à Perpignan depuis mon plus jeune âge et n'ai jamais pu quitter ma si belle région. Mon rôle est d'informer les Perpignanais sur les actualités de leur ville. A bientôt